Les pratiques durables dans le secteur du thé… au-delà des certifications « bio » ou « équitable »

000
Les pratiques durables dans le secteur du thé… au-delà des certifications « bio » ou « équitable »
31/03/2021 MCT
Ceylon_David_Lefranc

Pour une brève exploration du développement durable dans le secteur du thé

Seriez-vous de ceux qui ont le réflexe « bio » ou « équitable » quand vous achetez votre thé ? Alors, sachez que seuls 6% du thé manufacturé à l’échelle mondiale fait l’objet, sur une base volontaire, d’une labellisation équitable (1) et que nous achetons de plus en plus des thés produits selon des pratiques de l’agriculture biologique (2).

Pour autant, si le thé de votre marchand préféré n’est pas certifié, cela signifie t-il qu’il est moins bon ? Pas forcément. Il peut être tout aussi respectueux des pratiques de développement durable qui orientent de plus en plus nos comportements d’achat.

Un panel de huit producteurs et distributeurs indépendants en Europe, Asie et Océanie nous ont fait part de leurs pratiques de développement durable à l’occasion d’un travail de recherche mené en 2020.

Leur expérience récapitulée dans cet article, sans viser l’exhaustivité, constitue autant d’indices de qualité à prendre en compte par tout amateur de thé. Un thé manufacturé et distribué selon les conditions décrites ci-après satisfait également des critères de qualité.

Pratiques durables dans le secteur du thé : exemples choisis

Si le jardin d’où provient votre thé respecte ces principes sans pour autant être certifié, il est de grandes chances que ses procédés de manufacture se conforment à des pratiques durables.

 

 

A quoi correspond plus précisément chacune de ces dimensions ? Voici un résumé des interviews avec 8 producteurs et distributeurs.

Environnement

La préservation de la biodiversité est prise en compte

Depuis les années 1950, la FAO a lancé de multiples conventions et programmes visant à coordonner les efforts dans le milieu agricole.

Dans le secteur du thé, la préservation de la biodiversité représente l’une des multiples dimensions environnementales prises en considération par les cultivateurs.

Les pratiques liées à l’environnement les plus communément répertoriées concernent plus précisément : la conservation des sols, l’usage des ressources entrantes, la qualité de l’eau, la prise en considération du changement climatique.

 

La conservation des sols a trait aux pratiques qui favorisent :

  • leur équilibre nutritif, le ralentissement de leur érosion ;
  • le cycle local des nutriments (le recyclage des déchets issus des récoltes et des matières organiques) ;
  • les cultures intercalaires incluant par exemple la diversification des récoltes ;
  • la maintenance des sols.

L’usage des ressources entrantes concerne notamment :

  • le niveau de pesticides ;
  • le niveau de ressources énergétiques ;
  • l’élagage ;
  • l’équilibre nutritif à travers le choix des engrais à incorporer dans les récoltes ainsi que leur quantité ;
  • la gestion des déchets…

La qualité de l’eau est évaluée selon les mesures adoptées pour sa préservation tant pour les récoltes que pour l’usage domestique des cultivateurs et personnels des plantations

La préservation de la biodiversité a trait à :

  • la diversité génétique ;
  • la préservation de la faune ;
  • la préservation de la flore ;
  • le niveau de forestation…

La prise en considération du changement climatique a trait notamment au :

  • niveau de conversion des écosystèmes naturels (prairies, forêts, savanes, etc.) en terrains agricoles ;
  • stock de carbone (diversité forestière)

En savoir plus

Source. https://thecosa.org/tea-indicators

Cultiver selon des techniques biodynamiques

Les principes fondamentaux de la biodynamie sont attribués au scientifique et anthroposophe autrichien Rudolf Steiner (1861 – 1925).

Dans le domaine agricole, cela se traduit par des méthodes proches de l’agriculture biologique mais qui s’en distinguent dans ses fondements ontologiques.

Des certifications d’agriculture biodynamique sont délivrées de par le monde, comme par exemple la certification Demeter.

On peut citer parmi les méthodes de cultivation de théiers suivant des principes biodynamiques

  • l’usage de composts ; 
  • l’absence de recours autant que possible aux engrais chimiques et pesticides ;
  • l’amélioration des variétés clonales afin d’éviter de stresser les théiers, et les monocultures ;
  • la compensation des sols par du paillage et des copeaux de bois.

Packaging : moins de plastique, plus d’amidon compostable

Il est courant de recouvrir d’un film en plastique les thés parfumés, tel l’Earl Grey à la bergamote de nos petits-déjeuners, conditionnés en sachets individuels ou en vrac. Ce film sert à ne pas laisser s’échapper le parfum des arômes naturels.

Ce plastique est de plus en plus souvent remplacé par de l’amidon compostable. Selon les spécialistes, cela ne représente pas la panacée mais constitue toutefois une avancée certaine.

En savoir plus

D’une manière générale, le changement climatique affecte les cultivateurs. Il leur revient d’adopter les mesures adéquates pour juguler les émissions à effet de serre. Les variations de récoltes, en quantité et en qualité, requièrent de leur part des efforts d’ajustement constants.

Si le jardin de thé d’où provient votre thé remplit les critères ci-dessus, à l’instar de notre panel, il pourrait bien être considéré comme une ferme vertueuse sur le plan environnemental.

 

Tea_field_TeaVoyages

Social

Développer l’emploi local

L’emploi dans les plantations de thé est souvent local compte tenu du caractère saisonnier des récoltes.

 

Améliorer les conditions de travail dans les propriétés de thé

Les conditions de travail des cueilleurs de thé constituent l’un des principaux points d’attention des consommateurs qui achètent « équitable », dès lors que les récoltes sont manuelles.

Cependant, les producteurs de notre panel privilégient plutôt les normes d’agriculture biologique édictées par les autorités américaine, européenne et japonaise, ainsi que celles émanant des autorités nationales.

Parmi les raisons de leur moindre intérêt pour les certifications et labels équitables, qui restent d’une manière générale l’apanage des marques de la grande distribution, citons :

. Les efforts qu’ils réalisent, qui excèdent les normes de ces certifications et labels. Dans les plantations de taille importante, les conditions de travail font l’objet de négociations impliquant gouvernement local, syndicat, représentants de l’entreprise ;

. Les études qui démontrent l’impact réel et tangible mais au demeurant relatif des programmes destinés à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs ;

. Le coût des certifications et labels équitables, supporté par les producteurs, renchérirait les prix de vente.

Pour en savoir plus

FAO / Intergovernmental Group on Tea, 2018.

Fostering Sustainability in Tea Production and Trade: Assessing the Impact of Certification Schemes on Farm Income, Inclusive Rural Development and Market Access

 

République Populaire de Chine.

Qiao, Y., Halberg, N., Vaheesan, S. and Scott, S., 2016. Assessing the social and economic benefits of organic and fair trade tea production for small-scale farmers in Asia: a comparative case study of China and Sri Lanka. Renewable Agriculture and Food Systems, 31(3), pp.246-257.

 

Sri Lanka.

Haagsma, B., Vredeveld, T., Yoosuf, A. and Maurice, D., 2016. External Evaluation of the UTZ Tea Programme in Sri Lanka. Fair and Sustainable Advisory Services, the Netherlands and Nucleus Foundation, Sri Lanka

Qiao, Y., Halberg, N., Vaheesan, S. and Scott, S., 2016. Assessing the social and economic benefits of organic and fair trade tea production for small-scale farmers in Asia: a comparative case study of China and Sri Lanka. Renewable Agriculture and Food Systems, 31(3), pp.246-257.

 

Inde > Assam

Biggs, E.M., Gupta, N., Saikia, S.D. and Duncan, J.M., 2018. The tea landscape of Assam: multi-stakeholder insights into sustainable livelihoods under a changing climate. Environmental Science & Policy, 82, pp.9-18.

 

Kenya

Prag, E., Skrydstrup, M., Gonzala, D.O., Lavoll, V., Dalum, S.B., Henriksen, A.S. and Visser, I. (2016). The effect of certification schemes and related trainings on sustainability in the tea production on small scale farms in Othaya, Kenya.

 

(Liste d’exemples non-exhaustive)

Favoriser le renouvellement des générations

Tout visiteur d’une ferme de thé en période de récolte aura remarqué les fortes cadences de ces mois si particuliers.

La manufacture du thé répond à des exigences pouvant être perçues comme peu attractives : travail du sol, ensemencement, récoltes multiples tout au long de l’année, investissements pour les équipements, recherche constante de la maîtrise des coûts face au déclin des cours du thé vert, compétences spécifiques à chaque étape de la manufacture… auxquelles s’ajoutent les risques respiratoires et pulmonaires, et autres maladies professionnelles bien connues des cultivateurs d’hier et d’aujourd’hui, surtout là où la monoculture ou la culture intensive prédomine.

Favoriser le renouvellement des générations passe par l’éveil des scolaires à l’industrie primaire, l’acceptation par les jeunes producteurs d’un mode de vie frugal, le soutien de producteurs plus établis.

Ceylon_David_Lefranc

© David Lefranc https://www.facebook.com/davidlefrancphotography

Pour en savoir plus

L’Organisation Mondiale du Travail met en ligne des rapports dédiés au secteur du thé.

 

Economie

Préserver les sols, garantie du rendement des récoltes et de la pérennité économique

D’après l’association britannique des thés et infusions, « les théiers sauvages se développent au mieux dans des régions aux climats chauds et humides, où le niveau des précipitations est supérieur à 100 centimètres par an. Les sols doivent être profonds, légers, acides et bien drainés. Dès lors que ces conditions sont réunies, les théiers peuvent grandir du niveau de la mer à plus de 2100 mètres d’altitude ».

La fertilité des sols assure le rendement et la rentabilité des terres (on parle de yield). Or l’usage de composants chimiques altère leurs propriétés géologiques. Leur préservation assure donc que les théiers suivent leur cycle naturel tout au long de l’année, contribuant ainsi au rendement des récoltes, condition essentielle de la pérennité économique pour les cultivateurs.

A ce titre, certains pays échappent difficilement aux pratiques pointées du doigt par les chercheurs. L’usage de substances agrochimiques cause l’érosion des sols, met en péril la qualité des eaux, la gestion des ravageurs.

Pour en savoir plus

. Voir le site de The UK Tea & Infusions Association 

. Potts J., Lynch M., Wilkings A., Huppé G., Cunnigham M., Voora V. (2014). The State of Sustainability Issues Review, 2014.

. Khoi, N.V., Lan, C.H. and Huong, T.L., 2015. Vietnam Tea Industry-An Analysis from Value Chain Approach.

. Gunathilaka, R.D. and Tularam, G.A., 2016. The tea industry and a review of its price modelling in major tea producing countries. J. Manag. Strategy, 7, pp.21-36.

. Tea2030. 2017. Managing Sustainability Sourcing Risk and Opportunities in Argentina at a landscape level: Workshop Report. July 2017

. Voegele, J. 2018. Farm and food policy innovations for the digital age. 11 October, 2018. Article en ligne.

Produits issus de l’agriculture biologique

Le plaisir des saveurs couplée à une préoccupation pour la santé fait grimper la demande pour les thés issus de l’agriculture biologique. Les trois principales normes internationales (américaine, japonaise, européenne) mettent l’accent sur le non-usage de produits non naturels entrant dans les phases de croissance, de fabrication… Autrement dit, pesticides, engrais, arômes artificiels, etc. n’ont pas leur place. Certains pays producteurs ont mis en place des mesures tout aussi strictes. Tel est par exemple le cas des « Taiwan Good Agricultural Practices » instaurées en 2005.

Les cultivateurs qui se conforment aux standards d’agriculture biologique peuvent proposer des produits de qualité, augmenter leurs prix et sont plus enclins à accroître leurs revenus. A contrario, ceux dont les techniques de production reposent sur l’usage d’engrais chimiques ou de pesticides, affectant la qualité de l’eau et des sols, ne peuvent prétendre à de tels labels de qualité et sont moins à même de séduire une clientèle soucieuse de durabilité.

Pour en savoir plus

Tour d’horizon des standards d’agriculture biologique

USA : USDA

Japon. JAS

Union Européenne. Agriculture Biologique

Taiwan. Taiwan Good Agricultural Practice 

Un positionnement de niche

L’ensemble de ces choix incite les PME de notre panel à se positionner sur des niches, basées par exemple sur :

> la géographie : thé vert japonais de Uji ou de Shizuoka, oolong taiwanais de Nantou ou des Hautes Montagnes ;

> la conformité à l’une ou plusieurs des trois normes internationales d’agriculture biologique.

Cette différentiation, couplée à la qualité des produits et à la maîtrise des coûts, est essentielle pour les cultivateurs afin de se distinguer des marques grand public.

En conclusion

Gardez l’œil sur les estampilles qui offrent un indice visuel de réassurance facile à identifier. Toutefois, comme elles sont loin de constituer des gages exclusifs de qualité, un échange avec votre marchand préféré sur les méthodes employées par les cultivateurs offrira un éclairage tout aussi pertinent. Bon thé !

Méthodologie

Un travail de recherche mené au printemps 2020 dans le cadre d’un master en management à la Warwick Business School nous a donné l’occasion d’examiner les pratiques en matière de développement durable et de digitalisation de 8 PME du secteur du thé, tant dans la gestion des opérations que le développement de nouveaux produits.

Les 8 PME ont été sélectionnées parmi 156 entreprises et marques ayant été récompensées par des jurys professionnels d’épicerie fine et de thé entre 2017 et 2020 ; et/ou sur la base d’une recherche et d’échanges personnels.

Le choix final a été effectué en fonction :

  • des évaluations obtenues lors des concours en question,
  • des informations disponibles sur leurs site web et réseaux sociaux,
  • du caractère unique ou novateur de leurs offres.

Sélection d’organisations et certifications durables et/ou équitables

Oxfam (UK)

Forum for the Future (UK)

Ethical Tea Partnership (UK)

Fairtrade (Pays-Bas)

Solidaridad (Pays-Bas)

Rainforest Alliance (USA, Pays-Bas)

Max Havelaar (Pays-Bas)

UTZ (Pays-Bas)

International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM) (France)

Trustea (Inde)

Notes

(1) En 2016, seuls 6.6% de la production mondiale de thé avait fait l’objet d’une certification équitable, sur une base volontaire. Voora V., Bermúdez S., Larrea C. 2019. Global Market Report: Tea. Sustainable Commodities Marketplace Series 2019.

(2) D’après les projections de Data Bridge Market Research, le marché global du thé bio devrait croître de 6.10% entre 2020 et 2027, pour atteindre 1.5 milliard USD en 2027. Celles de Market Research Future indiquent que ce marché devrait avoisiner les 1.3 milliard USD en 2024.

 

Envie de…

. Faire part d’une remarque, d’un commentaire ? Contacter Marie-Claire, l’auteur de texte par email : contact[at]teavoyages.com ou sur LinkedIn

. Visiter notre espace Boutique

libero. in commodo mattis id nunc ipsum consectetur id